Bookmark and Share

Les techniques de la gravure

Préambule : L'estampe

Toute image imprimée sur papier est une estampe. Deux familles se partagent l'estampe: la technique en creux et la technique en aplat.

En creux: la gravure.

Creuser un cuivre (burin, pointe sèche, eau-forte, aquatinte, vernis mou, manière noire...), mettre de l'encre dans les creux, presser fortement le papier humide pour aller y chercher l'encre.

Technique lente, faite une à une, l'usure rapide du cuivre limite le tirage, chaque gravure est différente selon la qualité du tirage.

En aplat: lithographie, typographie, sérigraphie, offset ...

Sur un support plat, une matière grasse retient l'encre sur laquelle est pressé le papier.Technique plus rapide, voire très rapide, permet des tirages en grand nombre. Toutes les estampes sont identiques.

L'oeuvre est originale quand il n'y pas de moyen photo-mécanique intercalé entre le travail de l'artiste et le résultat sur papier. LA GRAVURE EST ORIGINALE, L'OFFSET NE L'EST PAS.

LA GRAVURE.

Egalement appelée taille douce, car elle creuse un métal qui est doux.

LES OUTILS:

Le burin

C'est une petite barre d'acier dont la pointe est taillée en biseau avec un manche que l'on pousse pour faire un sillon dans le métal. C'est la technique de Dürer.

La pointe sèche

Est un clou ou une pointe en acier sur un manche, et l'on dessine dans le cuivre. La pointe relève des petits copeaux qui font la beauté de l'oeuvre.

L'eau-forte

C'est de l'eau à laquelle on ajoute de l'acide. On étale un vernis sur le cuivre, on dessine avec une pointe sur le vernis. Puis on plonge la plaque de cuivre dans l'acide qui mord aux endroits dénudés par la pointe. C'est la technique de Rembrandt.

L'aquatinte

On pulvérise un grain de résine sur la plaque, on le durcit en le chauffant, on plonge la plaque dans l'acide qui creuse entre les grains. C'est la technique de Goya.

La presse

Est composée de deux lourds rouleaux d'acier portés par des pieds en fonte. Entre les rouleaux passe un plateau d'acier sur lequel on dépose le cuivre et le papier humide, puis des langes en laine pure pour assurer le moelleux de la gravure. On tourne une grande roue qui fait avancer le plateau.

Les autres techniques sont le vernis mou, le pointillé, la manière noire, le sucre, le soufre, le monotype, etc ... La gravure en couleurs demande autant de plaques que de couleurs ou presque. Les plaques sont superposées au tirage. Le dessin doit être fait à l'envers sur la plaque pour revenir à l'endroit sur le papier. Le métal utilisé est généralement le cuivre, mais aussi le zinc et le laiton. Pour rectifier une erreur, on gratte avec un grattoir et on repolit avec un brunissoir.